Moi, pour vous servir !

Bienvenue sur "Quand une femme sort de la cuisine...", mon petit blog culinaire sans prétention où je vous fais découvrir, toujours avec humour, mes recettes et ma passion pour la cuisine simple, sans prise de tête.
N'hésitez surtout pas à me laisser un petit commentaire de temps en temps, ça me fera super plaisir et je ne manquerai pas de vous répondre.

Bon app' à tous !

Ma page Facebook
Game in the Kitchen



Archive pour la catégorie ‘Plats Chauds’

Poulet Basquaise

Me revoila après quasiment deux semaines sans poster. Pardonnez-moi pour mon absence mais j’ai manqué de temps. La bonne nouvelle, c’est que j’ai cuisiné et pris de belles photos (pour votre plus grand plaisir j’espère).

Donc, aujourd’hui, je vous poste l’une de mes recettes fétiches : THE recette que j’ai tendance à souvent faire quand j’ai du monde : c’est délicieux, divin, une tuerie ! Et en plus, c’est super facile à faire et pas besoin de 15 000 ingrédients. En tant que grande fan de poulet sous toutes ses formes, le poulet basquaise ne pouvait que me mettre sur un petit nuage : la viande est fondante, parfumée…

Evidemment, il existe des dizaines de savoir-faire, plus bons les uns que les autres. Il parait même que c’est une recette originaire du pays basque, mais d’autres pensent que ça vient d’Espagne. Moi, je vous présente ma recette personnelle qui est pas si éloignée de celle d’origine, mais en tout cas, qui déboîte !

 

 

DSC_2131

 

 

 

Ingrédients ou compos : (pour 4 gourmands)

 

– 4 cuisses de poulet

– 3 poivrons (un jaune, un rouge et un vert)

– 3 oignons moyens

– 8 grandes tranches de jambon cru

– 1 grosse boite de tomates pelées

– ail en poudre

– paprika

– bouquet garni

 

 

 

Préparation :

 

DSC_0446

 

 

 

Émincez les poivrons et les oignons en tranchettes pas trop fines pour qu’elles ne disparaissent pas à force de réduire à la cuisson.

 

 

 

 

 

DSC_0458

 

 

 

Coupez les cuisses de poulet en deux et faites les dorer quelques minutes à feu vif dans la cocotte, dans un mélange de beurre et d’huile d’olive. Salez et poivrez. 

Une fois qu’elle ont pris une belle couleur, sortez-les et réservez.

 

 

 

DSC_0469

 

 

Dans le jus de cuisson du poulet de cette même cocotte, faites revenir à présent les oignons et les poivrons avec un demi verre d’eau : ils vont prendre le goût du poulet, miam !

Si l’eau s’évapore trop vite, rajoutez un demi verre d’eau supplémentaire (voir plus) pour que ça n’attache pas au fond.

 

 

 

DSC_0483

 

 

 

Coupez les tranches de jambon dans la longueur, et enroulez dedans les morceaux de poulet (une moitié pour chaque morceau). Détaillez les chutes et ajoutez-les aux poivrons et oignons.

 

 

 

DSC_0491

 

 

Coupez grossièrement les tomates pelées et ajoutez-les dans la marmite avec leur jus. 

Salez, poivrez, ajoutez 2 CAC d’ail en poudre et une CAC de paprika.

 

 

 

 

DSC_0517

 

 

 

Mettre le poulet dans la cocotte (hihihi super jeu de mots), ainsi que le bouquet garni si vous en avez, et laissez mijoter à feu doux une bonne heure pour que le poulet soit cuit à cœur et qu’il fonde dans la bouche.

 

 

 

 

 

Régalez-vous !

 

Ayghon

 

 

 

Nems au porc et au crabe

La cuisine asiatique, c’est mon truc. J’adore ça même si j’en cuisine très peu car à chaque fois, il faut des tonnes d’ingrédients à dénicher dans les épiceries spécialisées etc, et je suis une flemmarde.

Et un de mes plats préférés reste les nems : ça croustille, c’est plein de goûts et au final, on peut mettre tout ce qu’on veut dedans.

Alors j’ai décidé de faire mes nems moi-même et de les fourrer avec une garniture hyper complète, relevée comme il faut et gourmande à souhait. Et je peux vous dire que contrairement à ce que je pensais, c’est facile à faire les nems et ça n’a rien à voir avec ceux qu’on achète en magasin. On s’est régalés !

 

 

DSC_0275

 

 

 

Ingrédients ou compos : (pour environ une vingtaine de nems selon la taille des bestiaux)

 

– 300 g de viande de porc hachée

– 2 boites de miettes de crabe

– 400 g de crevettes roses

– 1 gros oignon émincé

– 1 CAS d’ail en poudre

– 1 poignée de champignons noirs

– 1/2 paquet de vermicelles de soja

– 1 oeuf

– poivre

– 1 grosse carotte rapée

– 1/2 bocal de germes de soja

– 1 CAS de nuoc mam

– 1 CAS de sauce soja

– 1 paquet de galettes de riz

 

 

 

Préparation :

 

DSC_0180

 

 

Commencez par réhydrater vos vermicelles de soja et vos champignons noirs. Pour ma part, je les mets dans un saladier et je verse par dessus le contenu d’une bouilloire d’eau (que j’ai fait chauffer au préalable), puis je recouvre d’une assiette et je laisse poser de cette manière pendant une petite dizaine de minutes.

 

 

 

DSC_0192

 

 

 

Dans un autre (grand) saladier, mettez le reste des ingrédients : porc haché, oignon émincé, crevettes, chair de crabe, la carotte rapée, les germes de soja, l’ail en poudre, le nuoc mam et la sauce soja, puis mélangez intimement le tout. Je vous conseille d’utiliser vos mains, ça sera bien plus rapide.

 

 

 

DSC_0203

 

 

 

Coupez ensuite vos vermicelles de soja et émincez vos champignons, ajoutez-les au reste de la farce et re-mélangez bien.

 

 

 

 

 

 

Nous passons ensuite à l’étape fatidique, la plus laborieuse. Bon, c’est loin d’être insurmontable mais c’est un coup de main à prendre. C’est pourquoi je me suis permise de vous prendre le pliage en photo étape par étape pour vous simplifier la vie.

 

 

DSC_0209

 

 

 

Pour commencer, étalez un linge propre sur une surface plane et préparez un récipient avec de l’eau chaude à côté pour mettre vos galettes de riz à ramollir.

 

 

 

 

 

Posez votre galette ramollie sur le torchon et déposez une grosse cuillère à soupe de farce en bout de galette. Repliez les bords gauche et droit sur lafrace, puis le bord inférieur en comprimant bien la farce pour éviter au maximum qu’il y ait de l’air dans le nem (c’est ça qui peut les faire éclater à la cuisson). Puis commencez à rouler, toujours en serrant. Réitérez l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients.

 

 

DSC_0223

DSC_0218

DSC_0221

 

 

 

DSC_0236

DSC_0231

 

DSC_0234

 

 

 

DSC_0242

 

 

Pour la cuisson, les deux techniques les plus connues sont au four ou en friture.

Si vous préférez au four pour que vos nems soient un peu moins gras, déposez-les sur une feuille de papier cuisson, badigeonnez-les légèrement d’huile et mettez au four à 250°C pendant 20 minutes à une demi-heure.

 

 

 

DSC_0259_Old1

 

Sortez-les quand ils sont bien dorez et croustillants. Voila ce qu’ils ont donné chez moi au four.

J’ai également testé la cuisson en friture, en faisant 2 bain d’environ 10 minutes ; l’aperçu est la photo de présentation.

Personnellement, j’ai bien aimé les deux, avec une légère préférence pour la cuisson en friture car les nems sont plus croustillants. Mais c’était délicieux au four aussi car moins gras. Donc les deux modes ont leur bon côté, choisissez le plus simple pour vous.

 

 

DSC_0294

 

 

 

 

Et il y a plus qu’à servir avec des belles feuilles de salade (genre laitue ou batavia) et une bonne sauce pour nems !

 

 

 

 

 

 

 

Bon app’ !

 

Ayghon

Nouilles sautées au poulet

Pour notre plus grand bonheur à tous, notre copinaute Graziella, qui tient le blog MadeinCooking, a décidé de nous organiser un concours aux petits oignons pour fêter les 1500 like amplement mérités de sa page facebook.

Le principe est simple comme tout : on voyage allègrement sur son blog, on déniche la recette qu’on rêve de dévorer et on la reproduit avec notre petite touche personnelle. Ensuite, on like sa page si ce n’est pas déjà fait et celle de Stilic Force, son partenaire pour nous gâter !

Alors après avoir bavé pendant des heures sur toutes ses recettes, j’ai du en choisir une quand même, même si elles m’ont toutes donné très faim. J’ai jeté mon dévolu sur sa recette de Nouilles sautées au poulet, un plat complet délicieux et hyper parfumé, à laquelle j’ai ajouté mon grain de sel pour y apporté ma touche perso en modifiant un petit peu l’assaisonnement.

Encore merci à toi Grazie pour ce petit challenge plein de gourmandise !

 

 

DSC_0435

 

 

 

Ingrédients ou compos : (pour 3 gourmands)

 

– 300 g de blancs de poulet

– 2 carottes

– 1 poivron jaune

– 2 oignons

– 1 CAC d’ail en poudre

– 100 g de germes de soja

– 250 g de nouilles chinoises aux œufs

– 2 CAS de sauce soja

– 2 CAS de nuoc mam

– 1 CAS de sauce soja sucrée

– 1 CAS de vinaigre balsamique

– 1 kubor

– 1 poignée de champignons noirs

– poivre

 

 

 

Préparation :

 

DSC_0413

 

 

Pour commencer, occupons-nous des légumes, enfin vous plutôt, moi c’est déjà fait : émincez les deux oignons, coupez en lamelles les carottes et les poivrons. Puis jetez-le dans une poêle avec un fond d’eau chaude et un kubor. Laissez cuire jusqu’à ce que les légumes soient à peine croquants et qu’ils aient absorbés toute l’eau.

 

 

 

DSC_0418

 

 

 

Ajoutez ensuite les blancs de poulet détaillés en cubes et laissez cuire avec les légumes jusqu’à ce qu’ils soient cuits à cœur.

 

 

 

 

DSC_0423

 

 

Quand le poulet est cuit, ajoutez les deux CAS de sauce soja et de nuoc mam, la CAS de sauce soja sucrée, l’ail en poudre, le vinaigre balsamique et le poivre. Mélangez bien et ajoutez ensuite les germes de soja. La sauce soja et le nuoc mam étant très salés, normalement il n’y a pas besoin de rajouter de sel.

 

 

 

DSC_0426

 

 

 

Pendant que le tout mijote joyeusement dans la poêle, faites cuire les nouilles chinoises comme indiqué sur le paquet, soit 2 minutes dans l’eau bouillante pour les miennes. Puis égouttez-les bien.

 

 

 

 

DSC_0448

 

 

 

Enfin, pour le service, dans une assiette creuse ou un grand bol, servez les pâtes et versez par dessus le mélange poulet-légumes-sauce. Et saupoudrez de quelques champignons noirs que vous aurez coupés en lamelles.

Régalez-vous, avec ou sans baguettes !

 

 

 

 

 

Je ne regrette pas d’avoir piqué cette recette à notre MadeinCooking nationale parce qu’on a tous adoré !

 

Bon app’ !

 

Ayghon

 

 

Sauté de porc à la provençale

 J’aime beaucoup le porc en général : en plus d’être une viande abordable, on peut la cuisiner à l’infini. Le seul problème du sauté de porc, c’est qu’il peut avoir tendance à être un peu sec si pas bien cuisiné.

J’ai donc concocté une petite recette toute simple pour le mettre en valeur et qu’il garde tout son moelleux ; rapide et facile à faire, cette recette vous permettra aussi d’entendre les cigales à chaque bouchée.

Et puis comme c’est bon (d’un autre côté, j’essaye de pas vous faire des trucs immangeables), j’en profite pour valider une deuxième participation au Défi Cuisine : la tomate dans tous ses états avec cette recette !

 

 

DSC_0005

 

 

 

Ingrédients ou compos : pour 4 à 5 bon mangeurs

 

– 1.2 kg de sauté de porc

– 6 tomates

– 2 oignons + 1 échalote

– 1 bocal d’olives vertes ou noires

– herbes de Provence

– huile d’olive

– 2 CAS de muscat

 

 

Préparation :

 

DSC_0035

 

 

Pour commencer, émincez finement vos oignons et votre échalote et mettez-les à revenir avec l’huile d’olive et les herbes de Provence que vous aurez dosé à votre convenance. Laissez cuire jusqu’à ce qu’il deviennent translucides et fondants.

 

 

 

DSC_0041

 

 

 

Jetez ensuite votre sauté de porc coupé en gros cubes dans la poêle et faites les dorer sur toutes les faces.

 

 

 

DSC_0049

 

 

 

Ajoutez à la viande les tomates que vous aurez coupées en petits dés.

 

 

 

 

DSC_0064

 

 

 

Ajoutez ensuite les olives et le muscat, et laissez mijotez une demi-heure à feu doux. Ça permettra à votre viande d’être cuite à cœur sans se dessécher.

Servez bien chaud avec des petites pommes de terre sautées.

 

 

 

 

 

Bon app’ !

Ayghon

 

Ribs de porc marinés

Moi, j’aime la viande ! Toutes sortes de viande, le boeuf, le porc, le mouton, le veau, le poulet, etc etc. En tout cas, je suis une carnivore irrécupérable. Et depuis quelques jour, je n’avais qu’une envie : aller au Buffalo Grill pour engouffrer leurs merveilleux travers de porc caramélisés. Sauf qu’avec un bébé d’à peine 3 semaines, un restaurant était à exclure. 

Qu’à cela ne tienne : puisque c’est comme ça, je vais les faire moi-même mes Ribs !

(Et ils étaient vachement goûteux, na !)

 

 

DSC_0311

 

 

 

Ingrédients ou compos :

 

– 1.2 kg de travers de porc

– 2 CAS de miel

– 4 CAS de sauce Hoisin (ou de sauce barbecue si vous n’en avez pas)

– 2 CAS de sauce Soja

– 1 CAC d’aïl en poudre

– 2 CAS d’huile d’olive

– 1 oignon

– 1 CAC de vinaigre balsamique

 

 

 

Préparation :

 

DSC_0221

 

 

Pour commencer, à l’aide d’un coutal (le singulier de couteau) bien aiguisé, retirez les couches de gras qui ont tendance à envelopper les Ribs. Sinon, le gras empêchera la marinade de bien pénétrer la viande. Et puis de toute façon, les Ribs trop gras, c’est pas top moumoute non plus.

 

 

 

DSC_0232

 

 

Émincez ensuite finement un oignon, que vous mettrez dans un bol. Ajoutez 2 CAS de miel. J’ai utilisé le Miel des Chefs, un miel spécial cuisine idéal pour la cuisson des viandes rouges et des grillades, que j’avais reçu dans la Gastronomiz Box du mois de décembre. Mais n’importe quel miel fera l’affaire, ou même du sirop d’érable ou ce genre de choses.

 

 

 

DSC_0244

 

 

 

Ajoutez ensuite les 4 CAS de sauce Hoisin (qui est un genre de sauce barbecue asiatique), les 2 CAS de sauce soja, l’aïl en poudre, l’huile d’olive et le vinaigre balsamique.

 

 

 

DSC_0252

 

 

 

On touille bien le mélange, et ça va nous donner une sauce assez crémeuse, très parfumée et bonne même comme ça (j’avoue tout ! J’ai trempé les doigts pour être sure d’empoisonner personne bien sur).

 

 

 

DSC_0261

 

 

On badigeonne ensuite amoureusement et très généreusement nos morceaux de barbaque avec environ la moitié du mélange : il faut que ça marine ! Et on laisse la marinade faire son office au frigal (singulier de frigo) pendant une heure minimum si vous êtes pressés, mais je préconise 2 ou 3 heures quand même.

 

 

 

DSC_0306

 

 

 

Au bout de ces quelques heures de marinage, on met la viande dans un plat à four et on verse le reste de marinade par dessus.

 

 

 

 

DSC_0316

 

 

Hop, le four sur 200°C et on laisse cuire comme ça jusqu’à ce que ça soit bien doré, voire même caramélisé, ce qui doit à peu près faire 40 minutes de cuisson. Si à mi-parcours, ça vous semble pas assez violent, vous pouvez mettre le four à 250°C mais surveillez-bien car avec les Ribs, à chaque fois je le vois pas venir, et j’ai tendance à les faire trop cuire. D’ailleurs, pour une fois, je suis fière de moi : ceux-ci étaient parfaits ! (même si pour cela, j’ai presque fait le pied de grue pendant 40 minutes devant la porte du four).

 

 

 

 

Bon app’ !

 

Ayghon