Moi, pour vous servir !

Bienvenue sur "Quand une femme sort de la cuisine...", mon petit blog culinaire sans prétention où je vous fais découvrir, toujours avec humour, mes recettes et ma passion pour la cuisine simple, sans prise de tête.
N'hésitez surtout pas à me laisser un petit commentaire de temps en temps, ça me fera super plaisir et je ne manquerai pas de vous répondre.

Bon app' à tous !

Ma page Facebook
Game in the Kitchen



Archive pour la catégorie ‘Entrées’

Défi Cuisine : La tomate dans tous ses états – Quelle andouille cette tomate en Mogettes !

Pour la première fois depuis la création de mon blog, je participe au défi cuisine de Recettes.de : « La tomate dans tous ses états ».

Après m’être triturée les méninges et avoir farfouillé allègrement dans mon frigo et mes placards, une idée a germé dans les méandres de mon cerveau un peu foufou : une entrée fraîche et campagnarde. Un dôme de tomates, andouille et mogettes en gelée au basilic, légèrement relevé d’un filet de jus de citron.

Une entrée qui peut sembler un peu particulière, mais super bonne et franchement, disons-le, qui en jette au point de vue esthétique.

 

 

DSC_0284

 

 

 

Ingrédients ou compos : pour 2 personnes

 

– 8 CAS de haricots blancs ou mogettes

– 1 tomate

– 1 kubor

– 4 tranches d’andouille

– basilic

– jus de citron

– 6 feuilles de gélatine

 

 

 

Préparation :

 

DSC_0282

 

 

Faites cuire dans l’eau bouillante vos haricots blancs comme indiqué sur le paquet. Pour être honnête, ma première fournée, je l’ai laissée cramer. Mais dans le genre bien brûlé, on fait pas mieux ; je sais même pas si je pourrai ravoir ma casserole (paix à son âme). Donc après ce foirage dans les règles, plus de haricots blancs secs ! La panique totale ! Quand je me suis heureusement souvenue qu’il me restait au congélo un sachet de mogettes précuites artisanales ! (ouf).

 

DSC_0292

 

 

Pendant ce temps, mettez vos feuilles de gélatine à tremper dans un bol d’eau froide. Faites chauffer 1/2 litre d’eau et jetez-y votre kubor. Quand l’eau est bien chaude sans être bouillante et que le kubor est complètement dilué, saupoudrez généreusement de basilic (séché pour moi). Puis, diluez vos feuilles de gélatine dans le bouillon ainsi obtenu. Vous pouvez remplacer cette gelée maison par de la gelée au madère, c’est tout aussi bon !

 

 

DSC_0294

 

 

 

Versez environ 1 cm de ce bouillon dans le fond d’un verre et laissez prendre au frigo une demi-heure.

 

 

 

DSC_0303

 

 

 

Une fois que la gelée est bien ferme, disposez par dessus une belle rondelle de tomate, une belle rondelle d’andouille et 2 CAS de mogettes. Réitérez l’opération jusqu’en haut du verre, recouvrez du bouillon restant et laissez prendre au frigo pendant 2 heures.

 

 

 

DSC_0287

 

 

 

Pour démouler proprement, je vous conseille de faire tremper le verre quelques secondes dans de l’eau chaude pour que la gelée se décolle. Servir bien frais arrosé d’un filet de jus de citron et un verre de vin blanc sec.

 

 

 

 

 

 

Bon app’ !

 

Ayghon

Ramens au poulet

Mon poilu m’a fait découvrir l’année dernière un manga. Un manga génialissime. Un manga qui me fait pleurer un épisode sur trois (environ) et qui s’appelle Mai Hime. Des super héroïnes qui ont des pouvoirs magiques etc etc. En tout cas, je vous les conseille vivement. Mais le plus important, c’est que ce manga m’a fait découvrir les Ramens : un plat typiquement japonais qui mélange pâtes et soupe, et des tas d’autres choses dedans : viandes, légumes, oeufs etc.

Du coup, après s’être enfilés la totalité des épisodes deux fois en l’espace de moins d’un an, le poilu m’a dit « je veux manger des ramens ». Et là j’ai dit « miam ».

J’ai donc cherché une recette facile de ce plat complet sans avoir à courir partout pour trouver des épices japonaises spécifiques. J’ai trouvé ça super bon, et je suis pas là seule.

 

 

Ramens au poulet

 

 

 

Ingrédients ou Compos : (pour 2 gros bols)

 

– 1 paquet de ramens pour 2 personnes

– 2 cuisses de poulet

– sauce soja

– 1 échalotte et 1 oignon

– 1 CAS d’aïl en poudre

– 1/4 de chou chinois

– 1 carotte

-1 kubor

– 1 oeuf molet

– sel et poivre

 

 

 

Préparation

 

En rondelles !

 

Faites dorer vos deux cuisses de poulet salées/poivrées, à la poêle, pendant une dizaine de minutes

Faites chauffer environ 75 cl d’eau dans laquelle vous allez jeter tout de suite le kubor que vous allez laisser fondre. 

Pendant ce temps, coupez en rondelles vos carottes et en lamelles assez fines votre quart de choux, et émincez l’oignon et l’échalotte.

Jetez dans l’eau l’aïl, l’oignon, l’échalotte et 1 cuillère à soupe de sauce soja.

 

 

 

Au bain !

 

 

 

Quand les cuisses de poulet sont à peu près cuites, c’est à dire que l’intérieur est juste rosé, prenez votre air le plus sadique et hop, plongez-les dans le bain d’oignons pendant 5 bonnes minutes et sortez-le.

 

 

 

 

 

Au tour des légumes

 

A la place du poulet, vous pouvez à présent mettre le chou et la carotte dans l’eau qui est toujours en train de bouillir.

A quoi ça sert de faire bouillir le poulet me direz-vous, puisqu’on le fait d’abord cuire à la poêle ? Excellente question mon cher Watson. En le faisant bouillir un petit peu, vous finalisez la cuisson en donnant un léger goût de volaille grillée à votre bouillon. Mais pas trop longtemps pour que le bestiau ne devienne pas caoutchouteux. 

 

 

 

A la poêle

 

Passons à présent aux ramens. Vous les trouverez au rayon exotique de votre magasin et ça ressemble à des pâtes fraîches mais version asiatique. Je les ai choisies aromatisées soja-caramel. Sur le paquet, ils proposent 2 modes de préparation : en bouillon ou sautées. 

Moi je les balance dans une poêle avec un tout petit peu d’huile dans le fond, avec le feu au maximum et quand elles commencent à griller, j’ajouter le sachet d’épices et 2 CAS d’eau. Une fois que l’eau est bien absorbée et que les pâtes sont toutes enrobées, on éteint le feu.

 

 

Poulet en filaments

 

 

 

Pendant ce temps, nos cuisses de poulet ont eu le temps de refroidir un peu. On va donc les détailler en filaments et remettre les os de poulet dans le bouillon pendant 5 minutes pour accentuer encore un peu le goût du poulet dans la soupe.

 

 

 

 

 

 

Le montage des bols :

 

Ramens ! (ton pack)

 

 

On sort 2 bols assez gros, sinon c’est galère pour tout tasser. Ceci dit, des assiettes à soupe conviennent parfaitement aussi, ou un saladier de 5 litres si vous avez très faim.

On réparti au fond nos ramens (qui ont pris la couleurs des épices soja-caramel ici).

 

 

 

Ramens ton poulet

 

 

 

Disposez par dessus les morceaux de poulet.

 

 

 

 

 

Potage de légumes

 

 

 

Puis le bouillon avec les légumes.

 

 

 

 

 

Et le final !

 

 

 

 

Et enfin, on décore avec les oeufs molets coupés en quarts avant de servir bien chaud (les miens manquaient légèrement de cuisson).

 

 

 

 

 

 

 

Bon app’ !

 

Ayghon

 

 

 

Flan de poisson

Aujourd’hui, je vous poste une recette qui me vient directement des jupons maternels : une recette que je n’ai jamais vue dans aucun bouquins et que je n’ai jamais mangée chez personne non plus. Super bon, super léger et super pas cher, cet espèce de cake est l’entrée idéale : sans cuisson, vous pouvez même le faire la veille et c’est THE recette pour les anti-cuisine.

Evidemment, c’est jamais aussi bon que quand c’est Maman qui fait, mais pour réussir à rater ce truc, faut vraiment y mettre de la mauvaise volonté.

 

 

Flan de poisson

 

 

 

Ingrédients ou Compos : (pour un moule à cake)

 

– 5 filets de colin (le poisson surgelé par cher en rectangles)

– 10 bâtonnets de surimi

– 3 cas de mayonnaise au citron

– persil, poivre

– un sachet de gelée au madère

– du jus de citron

 

 

 

Préparation :

 

Massacre à la fourchette

 

 

 

Faites cuire votre poisson congelé à l’eau bouillante pendant quelques minutes. Égouttez-le puis écrasez-le à la fourchette (vous pouvez également mettre les ingrédients dans un mixer mais ça manque de pittoresque – enfin ça fait surtout trop de vaisselle).

 

 

 

 

 

Surimi en miettes

 

 

 

 

Écrasez également vos bâtonnets de surimi. Je déconseille la fourchette, vous allez en faire de la purée. Le plus simple, dans ce cas, est de les découper en tronçons et de les émietter avec les doigts. Ajoutez à votre poisson déjà bien amoché.

 

 

 

Persil fraichement cueilli dans les oreilles de Pépé

 

 

 

Saupoudrez allègrement de persil. Concernant les doses, j’utilise la mesure extrêmement précise du piffomètre.

 

 

 

 

Spécial diététique

 

 

 

Ajoutez 3 cuillères à soupe de mayonnaise citronnée. Je l’ai achetée toute prête mais si vous n’en avez pas, mettez de la mayonnaise classique et dosez le jus de citron en fonction de vos goûts. Oui, je sais, sur la photo, il n’y a que 2 crottes de mayo, mais c’est parce que je testais et 2, c’est pas assez (c’est mon bourrelet qui me l’a dit). Bien mélanger.

 

 

Gelée liquide, gelée rapide

 

 

Préparez votre gelée. C’est tout con : c’est un sachet rempli de poudre qui sert normalement à faire toutes les entrées en gelée et facilement trouvable en grande surface. J’ai fait chauffer un peu d’eau dans une bouilloire, j’ai versé mon sachet dans un petit bol et j’ai versé l’eau chaude par dessus pour diluer, environ 2/3 d’un verre classique. On mélange bien et on verse sur le poisson/surimi/persil qui se débat dans la mayonnaise.

 

 

 

Presse-moi les citrons (ou pas)

 

 

On re-mélange le tout et on rectifie l’assaisonnement : on poivre bien et on ajoute 2 cuillère à soupe de jus de citron. Vous pouvez même en mettre plus si vous êtes fan de l’effet citronné. Ah oui, ne salez pas : la gelée est déjà salée et c’est amplement suffisant.

 

 

 

Et hop, comme au magasin !

 

 

 

Versez le tout dans un moule à cake préalablement passé sous l’eau froide. Mon moule est le moule d’une terrine toute faite que j’avais achetée et dont j’avais gardé l’emballage car je le trouvais génial. On laisse poser au frigo environ 2h. C’est pas très long car la gelée fige rapidement.

 

 

 

Après démoulage du cake

 

 

 

 

 

Ensuite, on démoule, on coupe en tranche et on décore comme on veut. Vous remarquez la recherche de ma décoration.

Servez bien frais, avec du bon pain et du jus de citron.

 

 

 

 

 

Bon app’ !

 

 

Ayghon

 

 

 

 

 

 

 

Verrines de ouf !

Je n’avais jamais eu envie de faire de verrines. Non franchement, la verrine, c’était pas vraiment mon dada. Et puis un jour, on a une révélation. Mais ce n’est pas une vrai révélation. C’est juste que vous invitez du monde à manger le lendemain soir et qu’au niveau entrée, vous n’avez pas la moindre idée. De plus, on est en pleine semaine donc on veut du rapide et du joli, parce que si c’est pas bon, ça se voit moins.

(Coup de bol, c’était vraiment à se taper le derrière par terre).

 

 

Verrines

 

 

 

Ingrédients ou Compos : (pour 4 mangeurs)

– 3 oeufs durs

– une boite de thon

– 1 belle échalotte finement émincée

– 2 CAS de mayonnaise

– 1 CAC de câpres

– du persil

– 400g de crevettes roses décortiquées cuites

– 2 CAS de sauce cocktail

– 2 avocats coupés en cubes et arrosés de jus de citron (pour éviter qu’ils noircissent et qu’ils deviennent tout moches)

– sel, poivre

– 8 bâtonnets de surimi

 

 

 

Préparation :

 

Les oeufs et le thon

 

 

 

Dans une assiette creuse (ou un bol, ou ce que vous voulez d’ailleurs), écrasez les 3 oeufs durs. Ajoutez le thon égoutté et émietté, l’échalotte, les câpres, et la mayonnaise. Saupoudrez de persil et de poivre.

 

 

 

 

 

Non, ce n'est pas du vomi

 

 

 

 

Mélangez le tout à la force du poignet. Une fourchette sera la bienvenue parce que je vous assure qu’un oeuf dur, c’est récalcitrant ! Ne vous fiez pas aux apparences : c’est meilleur que ça en a l’air. 

 

 

 

 

Crevettes Noyées

 

 

 

Lancez ensuite vos crevettes et la sauce cocktail dans un récipient et remuez énergiquement (pas forcément en fait, mais dit comme ça, c’est tellement plus sympa).

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas le chat qu'il faut regarder

 

 

Pour le montage :

 

Rien de plus simple. 

Prenez un verre (d’où le terme verrine) transparent. Oui, sinon ça a pas grand intérêt…

En fait, ce sont les verres à whisky du poilu. Il a un peu râlé mais bon, entre boire et manger, son coeur balance. Donc je me suis contenter de faire du chantage affectif pendant qu’il picolait dans un verre à Ricard.

Au fond, tassez un peu du mélange d’oeufs – thon – mayo etc. Déposez des cubes d’avocat dans la même proportion. De toute façon, les doses se font à l’oeil dans le verre. Ajoutez ensuite les crevettes – sauce cocktail, puis enfin les batonnets de surimi détaillés en dés.

Pour que ce soit encore plus joli, je vous conseille de ne pas repeindre l’intérieur du verre de sauce. Evidemment, dans mon cas, la mayonnaise s’est répandue sur toute la paroi du verre. Je me suis donc armée d’essuie-tout et délicatement, j’ai nettoyé au fur et à mesure.

 

 

 Ayghon